Damien Hirst, Cornucopia – Musée Océanographique, Monaco

Cet été, Damien Hirst s’est invité à Monaco, au Musée Océanographique, le temps de l’exposition Cornucopia (qui se traduirait par corne d’abondance).

Une belle exposition, avec des pièces phares de l’œuvre de l’artiste, tels Away from the flock, divided, ou The Immortal, ainsi que des travaux beaucoup plus récents comme Fear of flying et Saint Bartholomew, exquisite pain. Des installations, des sculptures, des peintures… un bon aperçu des différents types de production de Hirst.

Les ouvres sont intégrées au musée en lui-même, depuis le parvis jusqu’aux terrasses et mezzanines, en passant par la salle d’honneur. A l’étage, les travaux de Hirst côtoient les pièces permanentes du musée : bocaux de formol renfermant divers poissons et crustacés, squelettes de mammifères marins, objets ramenés par Albert Ier de ses voyages… L’intégration est assez harmonieuse et on respire de voir un peu de vie, de couleurs mais aussi de cynisme dans ces salles qui ne présentent habituellement que ce qui concerne les domaines de l’océanographie. On sourit dans la salle d’honneur, face au grand requin de The Immortal, en repensant qu’au sous-sol, on en a vu un semblable en train de nager avec ses congénères dans leur aquarium.

La réflexion finit par s’engager, quand on passe en revue les bocaux de formol, les instruments chirurgicaux, les papillons et insectes… on fait le lien avec les panneaux du musée qui nous rappellent la menace de disparition qui pèse sur certaines espèces… et on a un petit rictus en repensant au titre de l’exposition, Cornucopia

Rappelons-le, nous sommes à Monaco…

Les photos de l’exposition sont interdites, mais les touristes italiens ont le droit d’aveugler les pauvres poissons des aquariums avec le flash de leurs appareils… oui, oui, ce ne sont que des poissons !

C’est la première fois que l’art contemporain s’invite au musée océanographique, du coup, ils ne sont pas au point avec les cartels : ça se décollent à tout va du support en carton plume (!), ça s’aligne pas droit du tout (et si moi je le vois, c’est pas bon signe)… et aucune présentation de l’artiste, de sa démarche, rien, nul part !

Mais le plus absurde reste à venir : un petit fascicule est en vente aux caisses, histoire de présenter rapidement l’exposition, et coûte la modique somme de 4 euros. Quant au catalogue d’exposition, certes très beau et très complet, il vous sera demandé de vendre un bras si vous comptez l’acquérir : 90 euros !

Eh oui, on est à Monaco !!

Cornucopia – site du Musée Océanographhique de Monaco

Damien Hirst

Other Criteria

Les commentaires sont fermés.